Mine põhisisu juurde
Comment aider votre bébé à s’endormir ? Astuces pour le sommeil tranquille de votre bébé
03/02/2023Jana Potuznik
12 minutes de lecture
Le sommeil agité du bébé préoccupe de nombreux parents. Ils se posent souvent des questions de type : « Comment bien aider notre bébé à s’endormir ? Pourquoi notre nouveau-né ne dort-il que 45 minutes ? Dort-il suffisamment ? Est-il possible d’entraîner les bébés à dormir ? » Il semble compliqué de trouver une réponse univoque. Chaque livre, blog ou vidéo YouTube à propos du sommeil propose sa propre solution miracle, et les jeunes parents peuvent véritablement se sentir perdus. Pour cette raison, j’ai décidé d’aller chercher des réponses auprès d’une véritable experte. Vivant à Prague, Marijke den Baas est une consultante en sommeil certifiée qui se consacre à l’entraînement au sommeil des enfants.

A : Pourquoi le sommeil de nos enfants nous tracasse-t-il autant ?

M : Le sommeil est très important pour le développement de l’enfant, mais également pour les parents, car le manque de sommeil complique la vie au quotidien. Par ailleurs, il s’agit en général d’un sujet très délicat. En effet, les premières questions que vous posent vos proches après la naissance de votre enfant sont souvent : « Comment le petit dort-il ? Est-ce qu’il fait ses nuits ? » Des questions innocentes qui peuvent cependant être très désagréables et décourageantes pour peu que vous ayez justement passé plusieurs nuits blanches avec un bébé en pleurs et tout sauf endormi. 

 

A : Le sommeil des enfants est-il véritablement une source de préoccupation majeure pour tant de parents ?

M : Que les parents d’enfants qui ont du mal à s’endormir se rassurent : ils sont loin d’être les seuls dans ce cas. Environ 40 % des enfants de 4 à 12 mois ont besoin d’aide, d’une forme ou d’une autre, pour s’endormir ou rester endormis. 

Je voudrais souligner qu’il n’y a aucune raison d’avoir honte d’entraîner les enfants au sommeil, et que cela peut être fait avec beaucoup d’amour et d’affection. Grâce à cet entraînement, la majorité des enfants apprennent à s’endormir et à dormir de façon constante en seulement 2 semaines. En guidant votre enfant vers un sommeil régulier, c’est un fantastique savoir-faire que vous lui offrez. Pour la vie ! Sans même parler du fait que mieux votre enfant dormira, meilleure sera la qualité de votre sommeil !

Choix de la meilleure tétine

A : Sur Internet et ailleurs, on peut trouver beaucoup de conseils et d’astuces pour favoriser le bon sommeil du bébé. Mais comment y trouver le conseil adéquat ?

M : Le conseil le plus important, c’est de commencer par se calmer en se rappelant que chaque bébé, nourrisson ou jeune enfant peut véritablement apprendre à s’endormir et à dormir (toute la nuit) de façon constante. De la même façon qu’il apprend à marcher, ou à manger des aliments solides. Ce qui explique cette profusion d’avis et de méthodes, c’est tout simplement que chaque bébé a des besoins qui lui sont propres. Ainsi, c’est à vous de trouver la technique adaptée au caractère de votre enfant et à votre méthode d’éducation.

A : Comment savoir si mon enfant a des troubles d’endormissement et de sommeil ?

M : Il est indispensable de préciser qu’une situation liée au sommeil n’est considérée comme un trouble que lorsqu’elle devient désagréable pour l’enfant ou le reste de la famille. Si selon vous, les choses se passent comme elles le devraient, alors ne changez rien. Et peu importe ce qu’en pensent les autres ! 

Néanmoins, si votre enfant est actuellement dans une phase dans laquelle il a du mal à s’endormir sans votre aide, cela est probablement dû à une association inadaptée développée par le bébé au moment de l’endormissement. C’est-à-dire une habitude ou une situation nécessaire pour que le bébé puisse s’endormir. 

Peut-être que votre enfant ne s’endort que lorsqu’il est bercé, ou bien que le sommeil est, pour lui, associé à l’allaitement. D’autres bébés ne peuvent s’endormir à moins d’être allongés sur la poitrine de leur mère ou d’être bercés dans leur poussette. Ce sont des phénomènes très habituels chez les bébés, mais qui peuvent s’avérer source de situations stressantes pour toute la famille. 

Ce qui aide l’enfant à s’endormir

A : À partir de quel âge le bébé est-il capable d’apprendre et de prendre de bonnes habitudes en matière de sommeil ?  

M :Plus tôt que l’on pourrait le penser. Chaque enfant adopte naturellement ses cycles de sommeil lors de son développement intra-utérin. C’est à ce moment-là que se créent les différents types de sommeil (profond et léger), qui nous accompagnent ensuite toute notre vie. Le développement de ces cycles s’achève complètement au troisième ou au quatrième mois de l’enfant, lorsqu’il commence à ajuster ses habitudes de sommeil par lui-même. Et c’est en général à ce moment-là que les parents prennent conscience des problèmes de sommeil plus graves de leur bébé.

On appelle cela la régression du sommeil. Il est donc parfaitement possible que votre petit dormeur paisible se transforme d’un jour à l’autre en un véritable pleurnicheur nocturne. C’est l’occasion parfaite de lui faire apprendre ses premières habitudes de sommeil.

 

A : En tant que parent, que puis-je faire pour mon enfant pour qu’il dorme mieux ? 

M : L’une des premières étapes est de mettre en place un rituel d’apaisement régulier, adapté à vous et à votre bébé. Ce rituel devrait comprendre des activités apaisantes, telles que la lecture d’un livre ou encore des berceuses. Si vous répétez ce rituel chaque jour, votre enfant apprendra bientôt à identifier ces activités – et ainsi à reconnaître que l’heure du coucher approche. Bien évidemment, ce genre de rituel ne concerne pas uniquement les bébés. En l’adaptant au développement de votre enfant, vous pouvez y avoir recours pendant plusieurs années.

 

A : Peut-on « trop chouchouter » son enfant au point de créer chez lui une dépendance excessive aux parents ? 

M : Les jeunes parents ne devraient pas craindre de gâter leur enfant en lui accordant trop d’attention. Durant les premiers mois de la vie de l’enfant, il est impossible qu’il devienne dépendant de vous au point que cela en soit malsain. Comme l’ont prouvé de nombreuses études, le fait que les parents réagissent rapidement aux pleurs de leurs enfants rend ceux-ci manifestement plus calmes et plus heureux. Être là pour les consoler permet d’établir un lien de confiance. Ainsi, n’hésitez pas à rester proche de votre enfant, et à lui offrir autant de câlins qu’il en a besoin. 

Accessoires de surveillance

A : Comment aider un nouveau-né à s’endormir ? Peut-on avoir recours à des accessoires ?

M : Chez les nouveau-nés, il n’est pas nécessaire d’avoir recours à l’entraînement au sommeil, car leur corps et leurs habitudes de sommeil n’ont pas complètement fini de se développer. Il est bien de commencer avec l’apprentissage des premières habitudes de sommeil à partir de la 12e semaine de l’enfant. 

Il est tout à fait possible de profiter du fait que la plupart des nouveau-nés ont naturellement un fort réflexe de succion. Outre la fonction d’alimentation, celui-ci a également un effet relaxant. Pour cette raison, les tétines peuvent constituer un excellent outil pour apaiser l’enfant. Mais n’oubliez pas de prendre en compte l’anatomie et les préférences de votre enfant. Il convient donc d’essayer différents types et formes de tétines afin de trouver celle qui plaît le plus à votre petit. 

A : Pour de nombreux parents, les tétines sont source d’appréhension ou associées à de mauvaises expériences. Vaut-il mieux ne pas les utiliser dans certaines situations ?

M : Comme je l’ai expliqué, les tétines ont des effets apaisants notamment sur le sommeil du nouveau-né. À partir des 3 mois de l’enfant environ, les tétines peuvent au contraire s’avérer problématiques. Car si votre enfant perd sa tétine pendant son sommeil, il risque de se réveiller et de pleurer jusqu’à ce que sa tétine lui soit rendue. Après le troisième mois, il est donc préférable de mettre en place d’autres techniques de réconfort.

 

A : Dans ce cas, quels sont les outils apaisants à utiliser dans les mois suivants ?

M : Si l’enfant a plus de 6 mois, le doudou peut s’avérer le parfait compagnon pour aller au lit. Souvent en forme d’animal, ce jouet doux et souple sera vraiment apprécié de votre enfant et lui permettra de se sentir en sécurité pendant son sommeil. La plupart des enfants prennent une de leurs peluches en affection. Vous pouvez donc lui proposer de la prendre avec lui pour aller se coucher. Un doudou plat peut également servir de jouet réconfortant.

Mais faites attention à ce que votre enfant n’ait pas trop de jouets dans son lit. Car cela pourrait avoir l’effet inverse : ils peuvent retenir l’attention de l’enfant, et l’empêcher de s’endormir. 

Bébé bien au sec

A : Quel est l’environnement idéal pour favoriser le sommeil paisible de l’enfant ?

M : Peu de gens le savent, mais pourtant c’est le cas : les enfants n’aiment pas dormir dans un silence complet. Ils sont tellement habitués aux sons du corps de la mère qu’ils préfèrent les « bruits de coulisses ». Ainsi, pendant la sieste ou pendant la nuit, vous pouvez « aider votre enfant à dormir » par exemple en lui faisant écouter du bruit blanc dans sa chambre. Pour cela, vous pouvez utiliser diverses applications sur smartphone, un appareil spécial bruit blanc ou encore les sons préenregistrés sur votre babyphone. 

L’utilisation de rideaux occultants ou de volets est une autre excellente façon de prolonger le sommeil du bébé. En effet, la lumière stimule la production de sérotonine, une hormone qui éveille le corps et active les muscles. Pour cette raison, si vous ne voulez pas que votre enfant se réveille avec les premiers rayons du soleil, la chambre dans laquelle il dort devrait être aussi sombre que possible jusqu’à l’heure à laquelle vous souhaitez qu’il se réveille. 

Enfin, pensez à utiliser des couches de qualité, qui garantissent le confort du bébé pendant toute la nuit.

Ne pas réussir à bien dormir n’est jamais agréable, ni pour l’enfant, ni pour les parents. Il est évident que vous aurez à un moment ou à un autre l’impression de perdre la tête. Heureusement, des solutions existent. Même les dormeurs les plus difficiles peuvent apprendre à s’endormir et à dormir (toute la nuit !) sans leurs parents. 

Que vous trouviez le bon conseil dans un livre ou que vous demandiez de l’aide à un(e) coach sommeil, l’entraînement au sommeil de votre enfant est la garantie du rétablissement de l’équilibre dans la vie des membres de votre famille.

 

5 ASTUCES ESSENTIELLES POUR LE SOMMEIL TRANQUILLE DE VOTRE BÉBÉ
 

  1. Offrez à votre enfant un espace tranquille pour dormir

Dans la chambre où dort l’enfant, restreignez les éléments perturbateurs tels qu’un nombre trop important de jouets dans son lit ou sur le sol de la pièce. Laissez pénétrer dans la chambre le moins de lumière possible, et assurez-vous que votre enfant n’ait ni trop chaud, ni trop froid. Par ailleurs, il est préférable que l’enfant s’endorme à l’endroit où il se réveillera.

  1. Établissez une routine

Comme les adultes, les enfants aiment leurs petites routines, car ils savent ainsi à quoi s’attendre. Respectez les plages horaires des repas, des différentes activités et du sommeil. Votre bébé les adoptera rapidement, et son corps apprendra inconsciemment à reconnaître qu’il est l’heure d’aller se coucher. Ainsi, il s’endormira plus facilement. Cela évitera également que votre enfant soit si fatigué qu’il ne parvienne pas à s’endormir.

  1. Soyez cohérent

Comme pour l’apprentissage d’autres compétences, patience et régularité constituent la clé du succès. C’est également valable pour vos enfants et leurs habitudes de sommeil. Pour cette raison, répétez les techniques d’entraînement au sommeil qui ont fait leurs preuves avec votre enfant, et vous verrez que le moment du coucher deviendra plus simple.

  1. Prêtez attention aux besoins de votre enfant

Il n’existe pas de mode d’emploi universel pour qu’un enfant s’endorme en 40 secondes. Prêtez attention à votre bébé, à ses humeurs, à son énergie et à ses autres besoins, et réjouissez-vous de tous les petits progrès que vous faites ensemble en matière de sommeil.

  1. Écoutez-vous

Ne vous laissez pas dérouter par les réactions ou les doutes de votre entourage. En matière d’entraînement au sommeil, comme pour les autres méthodes éducatives, prenez vos décisions en suivant votre instinct et vos propres jugements. 

Plus d'informations